Religion et féminisme

Religion et féminisme

La conjonction de coordination entre les termes « féminisme » et « religion » peut nous laisser penser qu’ils peuvent être associés, qu’il n’y a aucune contradiction à être une catholique féministe, une juive féministe, etc. Ce qu’on pourrait considérer comme une double identité n’est pas – on me dit – une scission du sujet avec lui-même, une inconstance de sa part, mais source de diversité qu’il faudrait cultiver. L’analyse de ces deux concepts est essentielle pour rendre compte du présent. Que n’assistons-pas à un développement du féminisme et à cette marche vers la liberté des femmes. Douce liberté, n’arrêterons-nous jamais de chanter ton nom ? Sommes-nous condamnés à attendre ta venue ? Ou bien pire : à te chercher en vain ?  Que n’ai-je vécu dans un peuple où l’on t’adulait faussement. C’est cette liberté qui, pour les féministes, ne peut avoir lieu que dans le sanctuaire de l’égalité. La religion s’efface, et voilà qu’elle prend de nouvelles formes. Le féminisme, cette conquête, il semblerait, pour les droits des femmes s’est vu bénir par les droits qu’elles ont « conquis » : le droit de vote, l’ivg ; c’est petit à petit que la femme deviendra « l’égal » de l’homme. Et c’est petit à petit que le nombre d’adhérents augmente à leur cause. Une prise de conscience a eu lieu, et elle vise directement le principal oppresseur, l’homme. La femme doit être libre, cette injonction se veut pour toutes les femmes. Ainsi, l’on voit beaucoup de femmes qui, dans leur religion, prolongent ce mouvement et exhortent les femmes à en faire de même.

J’estime que cette association serait possible si on ne se leurrait pas sur la définition du féminisme. Vulgairement, la femme féministe doit pouvoir dire « je fais ce que je veux (tant que je ne nuis pas autrui) ». Elle ne doit pas voir sa conduite dictée par quelqu’un d’autre qu’elle. En plus de professer une vision de l’histoire où le destin de la femme est de se libérer de l’homme, la femme féministe doit essayer de ne plus se faire aliéner. Une doctrine qui prône une autonomie totale de la femme n’est, en aucun cas, conciliable avec la religion qui repose sur un principe hétéronome. La loi, dans quelque religion que ce soit, n’est pas celle qu’on se donne à soi-même, mais celle qui est reçue. Lorsqu’une femme, prenons une musulmane, dit qu’elle porte son voile et qu’elle pourrait faire autrement, et que c’est un choix, c’est du pur délire. La loi qu’elle se donne à elle-même lorsqu’elle refuse le voile, c’est la loi de Dieu qu’elle refuse. Qu’une femme religieuse soutienne l’autonomie, et promeut celles des autres femmes, c’est tout simplement du pur délire. Faire ce que l’on veut dans une religion : cela n’existe pas. Et c’est justement parce que l’on ne fait pas ce que l’on veut, qu’on a fait ce choix de ne plus avoir de choix qu’on est libre, mais cela est un autre sujet.  Il n’y a que dans un seul cas, et il est très rare, que l’on peut associer la religion au féminisme. C’est quand ce dernier ce soucis des droits octroyés par les religions pour les femmes sans qu’elles puissent les exercer.  C’est uniquement dans ce cas que le féminisme, pris au sens le plus minimaliste du terme, aurait une légitimité dans son association avec la religion. Mais l’ambition du féminisme est tout autre, il cherche à « émanciper » la femme. La conjonction de coordination dans le titre est une absurdité totale, il aurait fallu écrire « féminisme contre religion », voilà qui aurait été plus juste.

C’est par essence que le féminisme et la religion s’oppose. C’est cette essence qu’on essaie de camoufler. Ce que je dis semble s’apparenter à un truisme : si ça l’était, l’expérience donnerait tort. La question qui se pose maintenant est : est-ce que la religion est-elle conforme avec elle-même dans son application ? Dans ce cas, il y’aurait une légitimité du féminisme. Pour ma part, je n’appellerai même pas cela du féminisme mais plutôt un souci de vérité. Mon ambition était de délimiter les limites du féminisme dans la religion.

Moltaigo.

Please follow and like us:
Facebook
Facebook
RSS
Follow by Email
Google+
http://jeunesdinfluence.fr/?p=528
YOUTUBE
YOUTUBE
INSTAGRAM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.